l'inspiration

Vole, vole, mon beau papillon,

Ramène-moi de tes blanches contrées,
L'adage précieux sur l'air pur emporté,

Et, dans le creux chaud de tes ailes,
Des dentelles,
Du haillon.


Survole les rosiers de la guerre,
Que j'extrais la liqueur du défunt.

Butine l'os, du cimetière,
Apporte-moi en ses parfums.

Mon bel éphémère, pourfends l'arc-en-ciel.
Toute la grêle du ciel.
Constelle les airs, le soleil puis de l'eau,
La terre des astres qui sème son chaos.

Va, va, effleure l'orge du sacré,
Débusque les songes que la nuit, vole !

Par la mer salée, accroche l'iode nacrée,
Répands les grains, ton envol,

De l'étoile haute au démon,
Oh ! Mon gracieux papillon,

Lorsque sombrant, encore tu reviens,
T'apaiser sur mon doigt, frêle.

La fleur qu'est ma plume te soutient,
Eclos à nouveau, les ailes...