histoire de chats

Je ne peux rêver mieux, de plus belle famille,
Que la horde de bêtes, aux colères radines.
De querelles enfantines aux étreintes de Chine,
Dans le fond de vos yeux, ou la nuit s'éparpille :
En étoiles ou en feu, en langueur et en jeux,
De plus belle famille, je ne peux avoir mieux.

Je ne peux rêver mieux, de plus belle patrie,
Que vos robes marbrées de marrons et de gris.
Nul besoin de mon père, l'espérance des voeux,
De plus belle patrie, je ne peux avoir mieux.

Je ne peux rêver mieux, de plus belle demeure,
Les silences perçants au long de mes heures.
L'errance, la paresse. Et l'éther, le gracieux,
De plus belle demeure, je ne peux avoir mieux.

Et lorsque l'ouragan violent se lève à l'horizon.
Que seule règne la guerre, en ma maison,
Vous savoir près de moi, estimables palais,
Je ne sais plus le mal, le sombre et le laid.

De mon antre, de la rue, de plus loin ou d'ailleurs,
Egale à vos ombres, de ce berceau je suis soeur.


Ô je vous aime, au-delà de tout ce qui lui;
 Mes chers compagnons. Mes chats, si jolis.