écriture onirique

La rivière de mes larmes est en crue.
Je ne saurai longtemps retenir cette vague,

Amère de détresses qui longtemps a cru,
A ce chant blessant, telle une dague.

S’écoule lentement le fleuve de mon âme,
Portant en son lit les débris du passé.

L’espoir noyé par toutes les armes,
Acérées de vies, et de haines blessées.

J’irai boire à la fontaine du souvenir
Lorsque l'eau sombre coulera fraîche,

Me ravivant l’esprit et l’envie de sentir
En mon cœur s’ouvrir à nouveau, une brèche.

Et me désaltérant au puits des pensées,
Profond de silences. D’imaginaire...

Je remonterai le seau que j’eu lancé
Lorsque je décidais à jamais, de me taire.